50px

Faire un don par testament à un organisme de bienfaisance, est-ce à la portée de tous? 

14 décembre 2020

La fin de l’année est souvent la période où les gens pensent à revoir leur testament. Avec la pandémie actuelle, plus que jamais, la plupart ont d’autant plus de temps à consacrer à leurs affaires personnelles.

Nous sommes bien reconnaissants envers les donateurs fidèles qui contribuent année après année. Cette participation annuelle est en fait cruciale pour la SSVPM. Mais avez-vous pensé à qui prendra la relève à votre décès? J’avoue qu’il est difficile de songer à cela, aussi bien pour les jeunes et que les moins jeunes. Chose sûre cependant : y penser ne fait pas mourir. Au contraire, rédiger son testament et planifier sa succession soulage bien des personnes. C’est ce que me révèlent mon expérience et mes échanges avec ceux qui m’ont fait part de leur projet philanthropique, mais aussi de leurs inquiétudes. En effet, il arrive que certains se retrouvent à un âge avancé, seuls ou sans nécessairement avoir de proches à qui ils souhaitent léguer leur héritage. Ils se demandent alors : qui verra à faire respecter et organiser mes dernières volontés? La réponse : votre liquidateur. Cependant, il est essentiel de rédiger son testament pour le choisir.

Partage d’un exemple vécu : Une donatrice m’a confié une fois ne plus avoir de proches, son conjoint étant décédé et n’ayant pas d’enfant. Elle avait bien une nièce et un neveu qui habitaient tous deux à l’extérieur du pays, mais elle ne les avait pas vus depuis plus de vingt ans. Cette dame m’informa de son désir de léguer tous ses actifs à la Société de Saint-Vincent de Paul de Montréal puisque cette cause lui tenait à cœur. Elle contribuait par ses dons annuels depuis quinze ans et se demandait comment procéder. Sa grande inquiétude était de savoir comment faire respecter ce choix et qui s’en chargera. Elle me signala également ne pas avoir de grande fortune, toucher une pension bien modeste et posséder quelques actifs accumulés avec le temps. Je lui ai alors expliqué : « En désignant la Société de Saint-Vincent de Paul de Montréal comme votre héritière, tel que vous l’exprimez, cette dernière deviendra l’héritière universelle. Elle détiendra donc tous les pouvoirs pour faire valoir vos intentions et dernières volontés, et ainsi procéder à la liquidation. » Quelle ne fut pas sa surprise! Elle croyait que cela prenait une grande fortune pour que la Société de Saint-Vincent de Paul de Montréal accepte cela. Je l’ai rassurée en lui disant que chaque don par testament est précieux. Nul besoin de léguer des fortunes, chaque dollar est d’une grande importance.

Je rappelle les trois formes de testament valident au Québec : le testament olographe, le testament devant témoins et le testament notarié.

En cette fin d’année, pour ne pas dire cette « faim » de fin d’année, j’ai une pensée toute particulière pour les gens vulnérables qui le sont encore plus avec la crise que nous vivons. Notre objectif pour 2021 : répondre à la demande d’aide alimentaire plus criante que jamais.

Je suis confiante qu’ensemble nous y arriverons. Je me permets aussi de vous offrir mes vœux les plus chaleureux à l’occasion de cette période des fêtes. Que la paix, le bonheur, la joie, l’amour et surtout la santé soient au rendez-vous. Et merci pour votre grande générosité.

---
Me Claudia Côté
Directrice du développement, dons majeurs et planifiés
financement@ssvp-mtl.org

20px
Bloc texte

Le saviez-vous? Lors de votre prochaine déclaration d’impôts sur le revenu pour l’année 2020, vous pourriez demander vos crédits d’impôts pour les dons suivants :

  • Les dons effectués avant le 31 décembre 2020.
  • Tous les dons qui n’ont pas été demandés et qui ont été faits dans les cinq dernières années.
  • Tous les dons qui n’ont pas été demandés par votre conjoint(e) ou conjoint(e) de fait, dans l’année ou dans les cinq dernières années.
50px